Pour assurer la qualité et la continuité des soins dans un service hospitalier ou dans une maison de retraite, il vous est nécessaire de recruter un nouvel infirmier. Après l’entretien d’embauche, un véritable processus d’intégration du nouvel infirmier à l’équipe soignante se met en place. Accueil, explications, formation : découvrez nos conseils pour réussir au mieux l’intégration d’un nouvel agent à votre service.

Intégration d’un nouvel agent : enjeux et objectifs

Pour un directeur d’établissement de santé, un cadre de santé ou un responsable des ressources humaines, le recrutement de personnel soignant ne se résume pas à un simple contrat d’embauche.  Que cela soit pour le recrutement de jeunes infirmières ou de personnel ayant plus d’expérience, l’objectif est de conserver la nouvelle recrue au sein des services de santé en répondant à un véritable processus d’intégration.

Les professionnels de santé bien intégrés aux équipes en place communiquent plus facilement, prennent part à une meilleure cohésion d’équipe, apprennent plus rapidement à s’adapter, et sont ainsi plus efficaces tout en se sentant à leur aise au travail.

Les enjeux sont primordiaux concernant l’exercice de la profession d’infirmière. Ces professionnels du soins qui travaillent dans les hôpitaux, les EHPAD, ou les collectivités sont nécessairement en lien étroit avec leurs confrères, les médecins, les aides-soignants mais aussi les patients. De l’intégration du nouvel infirmier dépend la qualité des soins mais aussi la diminution de l’absentéisme.

Le processus d’intégration : un accompagnement des nouvelles infirmières

Le processus d’intégration se compose de plusieurs étapes qui vont de l’embauche d’un nouveau soignant à la formulation des perspectives de développement.

L’embauche d’une nouvelle infirmière

L’embauche du personnel soignant est la première étape d’une intégration réussie au sein de l’équipe. L’entretien d’embauche permet en effet au recruteur de mieux cerner le candidat au poste, de définir les modalités de travail, les qualités et les compétences requises.

L’exercice de la profession d’infirmière n’est pas le même dans un centre de dialyse, un EHPAD, ou un service psychiatrique par exemple. Bien évidemment, certaines formations supplémentaires à la formation initiale d’infirmier sont parfois nécessaires pour exercer en service de puériculture, en anesthésie ou au bloc opératoire.

Recruter une infirmière à l’aise avec ses futures tâches et responsabilités facilite considérablement son intégration au sein du service. Certains profils de personnalité seront aussi plus apte à s’intégrer à l’équipe soignante déjà en place.

Accueillir le nouvel agent

Le premier jour de travail est un jour primordial, notamment pour accueillir les nouvelles diplômées. Ce jour d’accueil doit être préparé avec attention, en améliorant l’intégration du nouvel infirmier par un accompagnement au sein de l’équipe.

Dans le service hospitalier, c’est généralement le cadre de santé infirmier qui est responsable de cet accueil. Dans son livre intitulé L’intégration de nouveaux soignants, guide-suivi-évaluation publié en 2002, l’auteur Hervé Brizon identifie d’ailleurs le cadre de santé comme vecteur incontournable de l’intégration à l’équipe de soins. Visite des locaux et du service, et notamment du vestiaire, de la salle de soin et de la salle de repos sont au programme. S’en suit la rencontre avec les collègues et l’explication en détails des tâches quotidiennes.

Un confrère ou une consœur plus expérimenté(e) peut aussi être désigné(e) comme tuteur dès le jour d’accueil. Ce tutorat est parfaitement cadré pour les étudiants infirmiers, mais ce même accompagnement peut être translaté à la période d’intégration du nouveau soignant. Durant ce jour d’accueil, il est préférable d’alléger le planning du tuteur afin qu’il puisse au mieux l’accompagner.

Formaliser les procédures pour faciliter l’intégration des soignants

Fiches de postes, procédures, saisies sur informatique, manipulations, gestion des risques, règlement intérieur, organigramme… sont autant de fiches qu’il convient de formaliser sur papier pour accompagner les pratiques professionnelles des infirmières dans les services de soins.

Un carnet de contacts à joindre en cas de problème est idéal pour compléter ces documents de service.

La formation, une obligation et une perspective de développement

Certaines formations sont essentielles à la pratique professionnelle des infirmières en service de soins. C’est notamment le cas des formations sur la sécurité incendie ou la gestion des risques infectieux. La sensibilisation générale à ces problématiques soude davantage les équipes qui font alors cause commune et appliquent des gestes standardisés. Ces formations doivent être abordées par le cadre de santé pendant la période d’intégration puisqu’il en va des compétences requises pour le poste.

D’autres formations peuvent être vues sous le prisme d’une perspective de développement, et même de carrière. C’est par exemple le cas du DPC (développement professionnel continu), et des diplômes universitaires ou inter-universitaires, voire même à terme de la formation de cadre de santé.

Entretien à l’issue de l’intégration : un premier bilan

Bien qu’il existe un entretien annuel d’évaluation afin de faire le point avec les équipes sur les aspects positifs comme négatifs dans les services de soins, il est idéal de réaliser un premier bilan avec le nouvel agent au terme de son intégration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.