Connaissez-vous une des questions les plus récurrentes des IDELs, sur les groupes de discussion sur les réseaux sociaux ou en formation continue sur les cotations ? C’est celle-ci :

en cas de surveillance de perfusion de chimiothérapie anticancéreuse à domicile, que doit-on coter ?

Et si vous parcourez cet article, c’est sûrement que vous vous posez la même question ! Voici toutes les informations à jour en mars 2022 sur la cotation de la surveillance chimio, à domicile, par les infirmiers et infirmières en libéral. Notre source principal ? La NGAP infirmier sur le site de l’Assurance maladie.

Que dit la NGAP sur la cotation surveillance chimio ?

3 cotations sont particulièrement à avoir en tête :

  1. AMI 4 : Forfait pour l’organisation de la surveillance d’une perfusion, de la planification des soins, y compris la coordination avec les autres professionnels de santé, les prestataires et les services sociaux, à l’exclusion du jour de la pose et de celui du retrait, par jour (ne peuvent être notés, à l’occasion de cet acte , des frais de déplacements ou des majorations de nuit ou de dimanche)
  2. AMI 4.1 : Changement de flacon(s) ou branchement en Y sur dispositif en place ou intervention pour débranchement ou déplacement du dispositif ou contrôle du débit, pour une perfusion sans surveillance continue, en dehors de la séance de pose.
  3. AMI 5 : Forfait pour arrêt et retrait du dispositif d’une perfusion, y compris le pansement, la tenue du dossier de soins éventuellement la transmission d’informations nécessaires au médecin prescripteur ; ce forfait ne se cumule pas avec un forfait de perfusion sous surveillance continue

Coter pas à pas une surveillance chimio à domicile

Que fait-on alors de ces différents AMI ? Voici un guide étape par étape pour que vos cotations de surveillance de chimiothérapie soient plus fluides.

  1. Vérifier que l’ordonnance mentionne bien surveillance de la perfusion jusqu’à son retrait.
  2. Vous cotez AMI 4.1 (+ déplacement et indemnités qui s’appliquent) pour chaque intervention auprès du patient. Par exemple, pour un simple contrôle du débit, ou si le patient ou ses proches vous appelent pour un soucis technique. Ces interventions doivent bien sûr être justifiées et tracées sur le dossier de soin.
  3. Vous pouvez coter un AMI 4 tous les jours, entre le jour de pose et le jour de retrait. Et ce même si vous ne voyez pas le patient. C’est une sorte d’astreinte. Bien sûr, cet acte est cumulable avec aucun autre, et vous ne cotez pas de déplacement !
  4. Vous cotez un AMI 5 le jour du retrait de la perfusion, si c’est bien vous qui vous en chargez.

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur la meilleure façon de coter ces actes de surveillance à domicile ? Rendez-vous dans une de nos formations DPC pour les infirmiers !

Quel est le rôle plus large de l’infirmière qui surveille une chimio à domicile ?

Nous avons traité de l’aspect purement administratif de la surveillance de chimiothérapie à domicile. Et pour cause, c’est souvent un point délaissé lors de la formation en Institut de formation en soins infirmiers.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut délaisser la partie humaine et sanitaire du soin ! Bien au contraire ; avoir bien en tête comment facturer un acte nous permet justement de dispenser des soins en toute tranquillité d’esprit.

Le rôle de l’IDEL est primordial au domicile des patients sous chimio. Ce sont ces professionnels de santé qui permettent aux patients de pouvoir rester chez eux pour ces soins. C’est un immense progrès ! Les infirmiers sont donc les interlocuteurs privilégiés auprès du patient et de ses proches pour répondre en direct à leurs inquiétudes sur le bon déroulement de la perfusion. Ils sont là aussi pour prévenir ou détecter toute complication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.